Navigation Menu
Un monde à part

Un monde à part

Jamais, de tout mon parcours, exception faite du Burning Man, il ne m’a paru aussi évident d’écrire sur une destination, une partie de mon voyage.

IMG_7118

Pourtant, je n’ai pas encore l’intégralité de l’histoire, les péripéties exactes, ou la chute. Mais je ne peux pas faire autrement que situer l’action de la prochaine nouvelle au Myanmar.

Ce pays est un cadeau pour l’imaginaire.

IMG_7383IMG_7559IMG_7107 (1)

Un pays qui a une demi-heure de décalage horaire avec ses voisins, un pays qui roule à droite parce qu’un astrologue a convaincu un général que la droite était son bon côté, qui interdit les motos à Yangon à cause d’une rixe entre deux fils de hauts dignitaires, qui a créé une capitale fantôme avec des avenues immenses et vides.

Un pays à la croisée de l’Inde et de l’Asie, un mélange qui fait des birmans le plus beau peuple des pays que j’ai pu traverser dans cette partie du monde. Un pays de mixité et d’élégance : les hommes portent, en grande majorité, des jupes (des longyi pour être précis) qui leur dessinent des silhouettes longilignes, les femmes et les enfants se mettent sur le visage du Thanaka, une pâte issue d’un arbre pour se protéger du soleil. Un véritable maquillage bio, 100% naturel.

IMG_7032 IMG_7153

Un pays qui s’est ouvert depuis peu, où certaines régions sont encore interdites aux étrangers, d’autres contrôlées par des groupes armés.

Enfin, un pays de pagodes et de sourires. Le Myanmar est constellé de temples et de moines. A chaque carrefour, dans chaque village, vous tombez sur un stupa, un Buddha, vous croisez les robes safranées de moines adolescents. A Bagan, il y a plus de deux mille édifices religieux que vous sillonnez au hasard, jouant à l’équilibriste sur votre scooter que vous conduisez le long de pistes sablonneuses.

IMG_7519 (1)IMG_7364IMG_6994

Et, partout, dès que vous sortez des autoroutes à touristes, vous croisez des regards souriants, des enfants qui vous courent après en criant les quelques mots d’anglais qu’ils connaissent. Ici, les gens ne sont pas encore blasés par les étrangers. Ils sont contents et fiers que vous veniez découvrir leur pays. Ils sont prêts à vous aider, à vous guider, ont envie de savoir d’où vous venez, que vous les rassuriez en leur disant que leur pays est magnifique et envoûtant, ce qu’il est. Un simple bonjour, « mingulaba » en birman, dans ma traduction phonétique personnelle, et les portes s’ouvrent. Ils vous demandent s’ils peuvent se prendre en photo avec vous, tellement il est encore rare de croiser un étranger. L’impression d’être une rock star ! Quel plaisir de ne pas être considéré seulement comme un portefeuille ambulant, mais comme un être humain dont ils sont avides de connaître l’histoire et la langue. Le nombre de birmans essayant d’assimiler le maximum de langages, avec talent, est dingue. Une soif de liberté et d’ouverture.

IMG_6987IMG_7167 (2)IMG_7254

Un cadre magique, dans lequel je me débats actuellement. L’histoire est en évolution, en peaufinage. Mais elle sera prête dans les temps. J’espère… Et j’espère qu’elle rendra justice à ce pays.

 

A très vite.

    1 Comment

  1. Tu nous donne envie d’y aller… L’émotion se lit dans tes lignes… Est ce à cause du retour qui se rapproche ? Profite bien de ces merveilleux moments !

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *