Navigation Menu
Nouvelle #5 – Costa Rica (extraits)

Nouvelle #5 – Costa Rica (extraits)

By on Jan 4, 2016 in Nouvelles | 0 comments

« Â Chaque matin, je passe par la plage. Vingt minutes environ. Short de bain, t-shirt, pieds nus, tongs à la main. Ca me rallonge un peu, mais j’ai toujours adoré le crissement du sable sous les pieds, l’odeur des noix de coco tombées pendant la nuit éventrées sur la plage, le grondement de l’eau qui se fracasse sur le rivage, les crabes effrayés qui déguerpissent en pas chassés quand j’approche. A cette heure-là, le monde m’appartient, il est rare que je croise un autre être humain. Parfois, les frères Dingané qui me saluent de leur bateau. Quand ils n’ont pas trop bu la veille, ce que l’on peut qualifier d’ « exceptionnel », ils partent pêcher de bonne heure. Ce sont bien les seuls à être debout. Le reste du village s’étire doucement, fait chauffer le café, allume la radio. » « Â Le rituel matinal a continué tous les jours de la semaine, sauf le jeudi où les frères Dingané l’ont emmené pêcher. Il avait fait leur connaissance au bar, un de leurs soirs de beuverie. Alors qu’ils commençaient à se battre, comme d’habitude, pour un motif anecdotique dont ils ne se souviendraient plus le lendemain, Eugène s’était interposé entre les deux, tournoyant, les bras en l’air. Un vrai moulin à baffes. Ce sont pourtant de bons bestiaux les gugusses : deux beaux bébés de plus d’un quintal chacun, aux épaules massives, aux torses puissants comprimés dans des t-shirts pourtant XXL qui menaçaient de craquer à tout moment, et aux mains énormes, en forme de battoirs, dures comme du bois. Mais se faire torgnoler par un vieux chétif qu’ils auraient pu dégager d’une pichenette, ça les a surpris. Surtout qu’il n’a pas attendu qu’ils se reprennent : les saisissant par les oreilles comme des cancres, il les avait sortis du bar, fait asseoir sur le trottoir et leur avait fait la morale. Ils n’en menaient pas large, penauds devant ce grand-père, qui leur disait de le regarder dans les yeux et qui répétait « quelle honte, mais quelle honte ! Se mettre dans des états pareils, alors que vous avez des familles. L’exemple pour vos enfants, bravo !! ». Ils les avaient raccompagnés chez eux, séance tenante. A leur réveil, ils étaient amis. On ne savait toujours pas grand-chose de lui....

En savoir plus